Archive for the 'International' Category

Les ventes online ont progressé de 11% aux USA

Durant les trois premiers mois de l’année, les ventes e-commerce aux Etats-Unis ont progressé de 11%.

Dans un sondage effectué par Forrester, sur 80 entreprises, 58% d’entre elles rapportent que leurs ventes ont progressé durant le premier semestre 2009 par rapport à l’an dernier.
“It seems that consumer confidence is getting better,” rapporte Sucharita Mulpuru, un analyste de Cambridge.
“There is so much price competition out there that you can find great deals. Hopefully the worst is behind us.”

L’étude a été menée auprès de 80 entreprises réalisant en moyenne un chiffre d’affaires de 116 millions de dollars par an.

Prévision de la publicité online aux Etats-Unis

l’IAB vient de publier une étude sur les investissements publicitaires online aux Etats-Unis entre 1997 et 2008.

L‘étude a ainsi démontré que les revenus publicitaires étaient dorénavant moins importants qu’il y a quelques années (seulement 11% de plus en 2008 par rapport à 2007  qui affichait + 26 %)

Les prévisions de l’IAB ne sont pas meilleures pour 2009 puisque les investissements ne devraient augmenter que de 4,9% .

En 2009, les investissements publicitaires devraient ainsi atteindre 24,5 milliards de dollars.

Le vert fait vendre !

Une récente étude menée par SMB vient de démontrer que les acheteurs online sont très friands de commerce plus « vert ». 78 % des sondés révèlent ainsi que les pratiques environnementales sur les sites de vente sont très importantes à leurs yeux.

543 Américains ont été interrogés et 60% d’entre eux admettent être influencés d’acheter sur un site si ce dernier participe ouvertement à la sauvegarde des la planète.
De plus l’étude montre que 67% des américains achètent en ligne au moins 2 fois par mois.

Trop peu d’entreprises se soucient des réseaux sociaux

Les grosses entreprises sont au courant de ce qui se dit sur elles, via un blog ou via un réseau social type Facebook. Pourtant très peu d’entre elles participent au débat online.

D’après un sondage mené au sein de 148 grosses entreprises, ces dernières devraient davantage s’occuper de leur réputation online afin de montrer aux utilisateurs que cela leur importe.

2/3 des entreprises interrogées, révèlent qu’elles sont présentes online via un réseau social ou un blog, pourtant sur 148, seules 10% participent activement au débat. 14% le font de temps en temps et 75% ne s’occupent presque jamais de leur présence online.

43% des cadres interrogés ne considèrent d’ailleurs pas cette présence online comme étant impactante pour l’entreprise. 21% considèrent en revanche que cette présence est très importante pour leur réputation. 36% y voient quant à eux de l’intérêt.

La crise incite les américains à acheter online

D’après une étude de PriceGrabber, 53% des Américains disent que la crise les incite à passer plus de temps sur Internet pour trouver des produits moins chers sans frais de port ni taxes.
40% des interrogés avouent également passer plus de temps online pour comparer les prix.


32% passent plus de temps à lire les informations
26% passent plus de temps  à la recherche de coupons de réduction
26% consacrent plus de temps à acheter online
17% passent plus de temps à chercher un job sur Internet
15% des sondés passent plus de temps sur des réseaux sociaux

Dans une étude menée en Mars 2009 par PriceGrabber, 50% des américains déclarent tenter d’essayer de dépenser moins à cause de la crise en cours. En Octobre dernier, ils étaient 59%.
Dans tous les cas, les internautes font plus attention et achètent moins en ligne par impulsion.

La publicité via un article est plebiscitée aux USA

Une récente étude menée par Opinion Research Corporation vient de montrer que la plupart des américains préfèrent voir de la publicité pour une marque, directement présente dans les articles qu’ils consultent. En comparaison des offres par email, des bannières, des pop ups et des liens sponsorisés.

Réponses favorables à la publicité
Type de publicité
% très favorables ou plutôt favorables
Articles incluant de la publicité pour une marque

51%

Offres par e-mail

47%

Liens sponsorisés

39%

Bannières

25%

Pop-ups

13%

Source: Adfusion, March 2009

67% des gens entre 18 et 24 ans et 56% de ceux gagnant au moins 75 000 $ par an, disent qu’ils sont très favorables ou plutôt favorables à de la publicité directement présente dans un article.

Lorsqu’on leur demande à quelle fréquence ils effectuent une recherche sur Internet pour un produit ou un service dont ils ont entendu parler sur des articles online, la moitié des interrogés répond « très souvent » ou « assez frequemment » . 69% des 18/24 ans disent qu’ils sont relativement amenés à le faire également. Et 57% des gens gagnant plus de 75 000 $ par an.

E-commerce et multicanal : le point de vue des investisseurs

Après la session sur le web 2.0 et les opportunités des médias sociaux, retour sur terre avec un panel d’investisseurs qui nous livre sa vision sur le marché du retail, avec notamment des intervenants de Liberty Media ou Balderton Capital.

 

D’abord, ils rappellent que les fondamentaux pour investir restent les  mêmes :

– Pouvoir comprendre immédiatement le bénéfice consommateur

– La qualité du management

– La vision et la capacité d’exécution des entrepreneurs

 

Sur la question brûlante de la crise financière, les investisseurs sont très pragmatiques et pensent d’ailleurs que les entreprises les plus solides créées ces dernières années sont celles qui ont vu le jour après le 11 septembre 2001. Quand les temps sont durs, les entrepreneurs redoublent de vigilance sur les dépenses, proposent des produits plus concrets et sont plus efficaces dans l’exécution et la mise en place.

Ainsi, malgré le contexte, les investisseurs estiment qu’il existe de nombreuses opportunités sur le marché et qu’ils ne prévoient pas de suspendre leurs investissements. L’important est de conserver une attitude positive et d’avancer, on parle de « wishful thinking ».

Est-ce que les sites marchands doivent se développer à l’international? OUI bien sur, à condition d’avoir un business model éprouvé et d’être dans une optique de tests afin de déterminer ce qui fonctionne ou non. Le tout est de trouver le bon mode d’entrée sur le marché.

Le « next big thing »? Les investisseurs ont les pieds sur terre, ils pensent que les sites marchands auront plus de succès à se concentrer sur les problématiques actuelles, sur les façon d’optimiser l’existant plutôt que réfléchir à la prochaine révolution.